• Accueil
  • > Recherche : garder morale

Résultats de votre recherche

Commémoration de l’Armistice du 11 novembre 2014

Posté par ENO filles le 11 novembre 2014

 

 Commémoration de l’Armistice du 11 novembre 2014

Mardi 11 novembre 2014

Morts pour la France

11 NOVEMBRE – Jour-Mémoire 

Petit rappel pas toujours inutile, pour moi comme pour vous 

« Le 11 novembre 1918, à cinq heures, l’Armistice est signé à Rethondes, en forêt de Compiègne. Il met fin aux hostilités de la Première Guerre mondiale sur le front occidental – Elle est appelée « la guerre totale » car elle a atteint la France tout entière.

Entrant en vigueur à onze heures, il est valable pour 36 jours et peut être prorogé.

Au front alternent des scènes d’émotion, de joie et de fraternisation à l’annonce du cessez-le-feu. La liesse déferle sur la France, tandis que retentissent les coups de canon que Clemenceau a ordonné de tirer. Au Palais Bourbon, à 16 heures, Clemenceau lit les conditions d’armistice, salue l’Alsace et la Lorraine et rend hommage à la Nation.

 

Morts pour la France

 

Dans son Discours de Verdun du 14 Juillet 1919, Georges Clémenceau déclarait:

« Il est plus facile de faire la guerre que la paix. »

Il semble que la leçon n’ait toujours pas été encore comprise.

 

J’adresse une pensée émue à toutes ces personnes

A qui l’amour de leur pays a coûté

Ce qu’il y a de plus précieux: la vie

Et à tous ceux qui les pleurent encore.

 

Arc de triomphe

Je suis un peu en retard pour célébrer avec vous cette cérémonie déjà bien commencée aussi je vous invite à regarder l’ émission spéciale présentée par en direct par Marie Drucker ( 5 heures) sur France 2

La  philosophie de la guerre

Je traiterai cette année un sujet plus général, une réflexion sur la  philosophie de la guerre à laquelle je vous invite bien sûr à participer. Le reste, vous le trouverez dans les Archives du Blog (voir liens ci-dessous)

La guerre est un sujet hautement philosophique  car elle souligne  tous les aspects de l’Homme, la réalité de la nature humaine et les relations intersubjectives entre les hommes.

La philosophie de la guerre traite de tous ces aspects et tente de répondre aux grandes questions suivantes:

Question 1: Qui peut faire la guerre? Sachant que deux individus s’opposant ne sont pas forcément en situation de guerre.

Il y a opposition entre les philosophes de la liberté et les théoriciens du déterminisme

Question 2: L’homme choisit-il la guerre ou bien est-elle inscrite dans ses gènes, sa culture, sa raison ?

Question 3: Quelle est la  moralité de la guerre?

Les réponses sont toujours complexes, alternant entre les champs de la métaphysique, de l’éthique, de la politique et de l’esprit.

Depuis Platon, certains pensent que la guerre est acceptable, d’autres pensent au contraire que la guerre est toujours la pire des solutions.

Pour Cicéron la guerre est « une affirmation par la force»;

Pour Grotius «la guerre est l’état des force en compétition».

Pour Rousseau «La guerre est constituée par une relation entre les choses, et non entre les personnes (…) C’est une relation, non pas entre l’homme et l’homme, mais entre l’Etat et l’Etat » (Du contrat social).

Pour Diderot, la guerre est « une maladie convulsive et violente du corps politique»

Pour Clausewitz « la guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens».

La conception politico-rationaliste du politologue Webster est que « la guerre est un conflit armé hostile entre Etats ou nations »

Cette définition, cependant, ne tient pas compte des guerres pré-étatiques ou des guerres qui opposent un Etat à des groupes terroristes.

Deux postulats philosophiques s’affrontent sur les causes de la guerre : le concept de liberté et le concept de choix.

- La guerre serait un phénomène omniprésent de l’univers. Si on pense que l’Univers est mû par la guerre, on admet alors que les hommes ne sont que les jouets d’une volonté aveugle qui les transcende.

Héraclite atteste que « la guerre est père de toutes choses ».

Hegel affirme que « La guerre préserve la santé morale des peoples ». Il voit dans la guerre le jeu de la dialectique. C’est une méthode de raisonnement qui analyse la réalité et ses contradictions, tout en cherchant à les dépasser.

La réalité serait donc que l’Homme n’est pas à l’origine de la Guerre mais peut agir sur cette réalité.

Voltaire assimile l’Homme à l’Animal « Tous les animaux sont perpétuellement en guerre les uns avec les autres ».

Il ne serait donc pas responsable à priori de ses actes et donc de la guerre.

-Mais s’il possède son libre arbitre, il est alors totalement responsable.

La guerre ne serait donc là qu’un produit biologique, culturel et intellectuel

 

Hypothèses

L’Homme serait naturellement agressif et violent mais son évolution ferait disparaître cette tendance de l’homme, via un processus d’auto-domestication.

Autrement dit plus l’Homme serait évolué, moins il aurait tendance à céder à la violence.

Certains pensent aussi que certaines institutions culturelles incitent à la Guerre.

Hobbes et les rationalistes font appel à la raison de l’homme pour le sauver de la guerre : « si l’état de nature est un état de guerre, les hommes peuvent en sortir grâce à l’institution d’un Etat rationnel, qui sera chargé d’exercer la violence à leur place ».

Waltz affirme: «S’il ne fait aucun doute que la nature humaine joue un rôle dans la réalisation de la guerre, elle ne peut en soi expliquer à la fois la guerre et la paix, à l’exception du simple constat : parfois il se bat et parfois non ».

Sartre réfute lui aussi toute notion de nature humaine, incompatible selon lui avec le concept de liberté et d’auto-création.

 

En conclusion

La guerre est-elle moralement justifiable ? Les avis sont toujours aussi opposés.
Kant et les pacifistes absolus refusent à la guerre toute valeur,  alors que les pacifistes modérés admettent la guerre défensive, en dernier recours.

Machiavel : « Une guerre est juste quand elle est nécessaire ».

Mais Chirac affirme que : « La guerre est toujours la pire des solutions ».

Quant à Saint-Thomas, il va plus loin en affirmant qu’une guerre « est juste si sa cause est juste et qu’elle poursuit le Bien Commun ».

Mais qu’est-ce qu’une cause juste ?

Par exemple, Faire la guerre à la guerre, de manière défensive, peut-elle être légitimement considérée comme morale ?

La plupart des philosophes réalistes répondent oui.

De nos jours les traités internationaux (convention de Genève par exemple) ont la mission de réglementer les guerres (entre autres : les civils, l’interdiction de la torture, les trêves et cessez-le-feu, les armistices, …)

Ceci prouve bien que l’Homme a bien conscience que la guerre est immorale mais qu’il recherche toutefois à être juste.

 

  *Archives du blog

Célébrations du  11 novembre 1918

11 novembre 2008 C’était il y a 90 ans

11 novembre 2009 Souvenirs de soldats

Jeudi 11 novembre 2010 – Devoir de mémoire

9 novembre 2013 Mémoire des hommes 11 novembre 1918- 2013

 

Publié dans 11 novembre, Histoire, Histoire de France | 1 Commentaire »

 

Fac Verte Lyon |
A.P.E Ecole Léonard de Vinci |
L'ancre mouillée |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Vivre à Portivy
| Au coeur du Coeur
| Virade de l'Espoir de ...