Bonjour tout le monde

Posté par ENO filles le 3 janvier 2014

Bienvenue sur le volet 10 de mon blog ENO filles

Vous retrouverez tous les autres liens sur la partie gauche du blog.

Et pour ceux qui n’ont pas envie de chercher, voir ci-dessous:

1- Pensez à bien écrire vos commentaires en bas de l’article concerné.

2- Pour me contacter utilisez le formulaire de contact ci-dessous. Merci

(Important! Ces informations ne paraitront pas sur le blog. Je les recevrai directement sur l’adresse mail du Blog et je pourrai alors vous répondre)

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

 

 

Publié dans Blog, ENO | 4 Commentaires »

Le Larousse des chansons anciennes

Posté par ENO filles le 14 décembre 2017

UNIQUE!  (un apport de Jean WG)

Le Larousse des chansons anciennes

MUSIQUE LAROUSSE CHANSONS

Absolument magnifique, à conserver précieusement.

PAROLES ET MUSIQUE ! Vraiment très ancien!

Même si la chanson ne vous passionne pas particulièrement, gardez le précieusement.

Voici un trésor de belles vieilles chansons – LE GRAMOPHONE ! Extraordinaire ! Ça c’est une vraie trouvaille !

Si vous cliquez en bas, vous changez de répertoire et vous multipliez les titres… il y en a pour tous les goûts…

Chansons de votre enfance, de vos parents, de vos camps de vacances de vos cérémonies, de Noel, du plus récent parfois…

Trésor pour les amoureux de chansons (anciennes) et de rythmes variés

PLEIN DE CHANSONS !

musique

CLIQUER ICI

Ou directement sur une chanson

  – À   Honolulu
- À   la bataille de Châteauguay
- À la mi-août
- À la   porte du jardin
- Acropolis   adieu
- Adieu mon   coeur
- Adieu   monsieur le Professeur
- Adieu Venise   provençale
- Ah! c’   qu’on s’aimait
- Ah! le   petit vin blanc
- Aimer
- Alors je   chante
- Amène-toi   chez nous
- Amusez-vous
- As-tu deux   minutes?
- Au bord de   l’eau
- Au   temps de la bonne chanson
- Aux   marches du palais
- Ave Maria (Schubert)
- Bercés par   la houle
- Berceuse
- Bleu, blanc,   blond
- Bon   anniversaire
- Bon   anniversaire (2)
- Brave marin
- Brise des   nuits
- C’est beau   la vie
- C’est l’ R-100
- C’est ma   chanson
- C’est   Ti-Pit Trépanier
- Ça s’est passé   un dimanche
- Cane… Cane…   Canebière
- Casta Diva
- Cet anneau   d’or
- Chansons d’amour
- Chante fort quand   le coeur est triste
- Chante-la ta chanson
- Chanter la vie
- Chiquitita
- Comme tout   le monde
- Comme un   soleil
- Dans le soleil   et dans le vent
- Dans les   bras d’un matelot
- Dans ma   péniche
- Destin
- Deux ailes et trois   plumes
- Dis-moi ce qui   ne va pas
- Dis-moi ce qui   ne va pas (2)
- Do – ré – mi – fa
- Dominique
- Domino
- Douce France
- Du gris
- Du   soleil dans ses yeux
- En suivant   l’étoile
- Enfants   de tous pays
- Envoi de   fleurs
- Étoile des   neiges
- Évangéline
- Évangéline (2)
- Évangéline   Acadian Queen
- Fleur de Paris
- Franz
- Frou-Frou
- Gens du pays
- Hymne à l’amour
- Hymne au   printemps
- Hymne au Québec
- Il a mal aux   reins, Tintin
- Il   n’est jamais trop tard pour vivre
- J’ai planté un   chêne
- J’ai tant pleuré
- J’aime   Paris au mois de mai
- J’attendrai
- Je chante
- Je   chante avec toi Liberté
- Je finirai par   l’oublier
- Je m’ennuie de   toi
- Je n’aurai   pas le temps
- Je rêve au fil   de l’eau
- Je reviens   chez nous
- Je t’ai   donné mon coeur
- Je te le le
- Je   voudrais un joli bateau
- L’amour en   héritage
- L’Angélus de la   mer
(1)
- L’Angélus de   la mer
(2)
- L’anneau d’argent
- L’appétit vient en   mangeant
- L’appétit vient en   mangeant
(2)
- L’arbre et   l’enfant
- L’écritoire
- L’étoile du soir
- L’hirondelle
- L’hymne au   printemps
- La ballade   des gens heureux
- La ballade   du chien-loup
- La Belle de Cadix
- La cabane à sucre
- La chanson de   Lara
- La chanson des   blés d’or
- La chanson du   coeur
- La chapelle   au clair de lune
- La   complainte du soldat
- La courte échelle
- La gamme et   l’amour
- La java bleue
- La langue de   chez nous
- La licorne
- La Madelon
- La Madone
- La Madone aux   fleurs
- La maison grise
- La Manic
- La Marie-Joseph
- La mer
- La mer ressemble à   ton amour
- La Paimpolaise
- La petite   diligence
- La petite église
- La petite   Tonkinoise
- La plus bath   des javas
- La plus   belle chose au monde
- La première   étoile
- La prière
- La Provence
- La rumeur
- La tendresse
- La valse brune
- La valse des   chansons
- La vie d’un   cowboy
- La vieille église
- Le bateau de   pêche
- Le bleu de l’été
- <= »">Le   café au lait au lit
- Le café des trois   colombes

 

- Le   carillonneur
- Le chalet bleu
- Le chapeau à   plume
- Le chien   dans la vitrine
- Le clocher   d’amour
- Le   clocher de mon village
- Le coeur   en bandoulière
- Le cor
- Le credo du   paysan
- Le credo du   paysan (2)
- Le curé   de notre village
- Le feu a   détruit l’église
- Le fiacre
- Le galérien
- Le   gentil dauphin triste
- Le marchand   de bonheur
- Le moulin qui   jase
- Le pêcheur
- Le   petit bal du samedi soir
- Le petit bonheur
- Le petit   cordonnier
- Le petit   Grégoire
- Le réveil rural
- Le sirop Typhon
- Le soleil et la   lune
- Le souvenir
- Le tango   des fauvettes
- Le temps des   cerises
- Le temps   qu’il nous reste
- Le toit de   ma maison
- Le   tremblement de terre
- Les berceaux
- Les deux   moitiés du monde
- Les enfants   s’ennuient le dimanche
- Les fiancés   du Lac de Côme
- Les gars de   la marine
- Les gens âgés
- Les gens   sans importance
- Les   lavandières du Portugal
- Les   oiseaux dans le soir
- Les Pescadous
- Les Rameaux (R.   Jobin)
- Les Rameaux (R.   Verreau)
- Les rogations
- Les roses   blanches
- Les rubans   rouges
- Les trois   cloches
- Les   vieilles de chez nous
- Les vieux mariés
- Lily Marlène
- Ma belle   au bois dormant
- Ma cabane   au Canada
- Ma Miette
- Ma Normandie
- Ma   Pamplemousse
- Ma petite   folie
- Ma Vérité
- Maintenant   je sais
- Maître Pierre
- Malheur à   celui qui blesse un enfant
- Mama Leone
- Marin
- Mes jeunes   années
- Mille colombes
- Mon ange
- Mon chapeau   de paille
- Mon   coeur est un violon
- Mon enfant
- Mon gentil   pêcheur
- Montevideo
- Notre sentier
- Où va l’amour ?
- Padre Don José
- Papa, ô papa
- Par amour
- Paradiso
- Parle plus bas
- Parle-moi
- Parle-t-il   de moi ?
- Petit vieux,   petite vieille
- Plaisir   d’amour
- Pour les   enfants du monde entier
- Pourquoi   loin de toi
- Prendre un   enfant par la main
- Prends le   temps
- Près de Naples   la jolie
- Prière
- Prière à la   Madone
- Qu’est-ce   qu’on attend …
- Qu’il est loin   l’amour
- Quand la   mer monte
- Quand   on est deux amis
- Quand on   s’aime bien tous les deux
- Quand on   s’aime bien tous les deux (2)
- Quand un   petit oiseau
- Quand un   vicomte
- Que Dieu   protège notre amour
- Retour
- Reviens   Piccina Bella
- Rien que   mon coeur
- Riquita
- River Blue
- Roses   blanches de Corfou
- Roule   s’enroule
- Sancta Maria   de la mer
- Sérénade   sans espoir
- Serons-nous   spectateurs
- Si tous les   gars du monde
- Si tous   les oiseaux
- Soledad
- Sombreros   et mantilles
- Sous les   ponts de Paris
- Souvenirs   de Marseille
- Spinning Wheel
- Sur ce   vieux rocher blanc
- Sur le   plancher des vaches
- Toi l’ami
- Toi qui t’en   vas
- Tout va très   bien Madame la Marquise
- Un amour   comme le nôtre
- Un jour à la   fois
- Un   monsieur attendait
- Un petit   cabanon
- Un tout   petit nid
- Une chanson   douce
- Une   place pour me garer
- Une promesse
- Une vague   bleue
- Va   lui dire que tu l’aimes
- Vivre au   soleil
- Vivre seule
- Vous   avez qué’que chose
- Voyage au   Canada
- Y’a d’la joie
- Y’a des loups
- Y’a une étoile

 

Publié dans Musique | Pas de Commentaire »

Hommage à Jean d’Ormesson – discours du Président Macron

Posté par ENO filles le 11 décembre 2017

Ce vendredi 8 décembre, la nation a rendu hommage à l’académicien disparu à l’âge de 92 ans.

Après la célébration en son honneur à la cathédrale Saint-Louis des Invalides, le président de la République a présidé la cérémonie au cours de laquelle il a livré un discours brillant.

C’est dans la cour d’honneur des Invalides qu’Emmanuel Macron s’est adressé une dernière fois à Jean d’Ormesson.

Dans un discours intense et poignant, le président a salué l’intelligence, le talent et la légèreté de l’écrivain qui le définissait si bien. Au terme de son discours, il est allé déposer sur le cercueil de l’académicien un crayon à papier, «un simple crayon, le crayon des enchantements», comme le souhaitait Jean d’Ormesson.

Retrouvez ici l’intégralité de son discours.

2017-12-11

«Messieurs les présidents, Monsieur le Premier ministre, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs les parlementaires, Mesdames et Messieurs les académiciens, Mesdames et Messieurs les membres du corps préfectoral, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, chère Françoise d’Ormesson, chère Héloïse d’Ormesson, chers membres de la famille, chère Marie-Sarah, Mesdames et Messieurs.

«Si claire est l’eau de ces bassins, qu’il faut se pencher longtemps au-dessus pour en comprendre la profondeur». Ces mots sont ceux qu’André Gide écrit dans son Journal à propos de la Bruyère.

Ils conviennent particulièrement à Jean d’Ormesson.

Car plus qu’aucun autre il aima la clarté. Celle des eaux de la Méditerranée, dont il raffolait, celle du ciel d’Italie, celle des maisons blanches de Simi, cette île secrète des écrivains. Celle des pentes enneigées et éclatantes où il aimait à skier, comme celles des criques de la côte turque, inondées de soleil.

Ne fut-il pas lui-même un être de clarté?

Il n’était pas un lieu, pas une discussion, pas une circonstance, que sa présence n’illuminât. Il semblait fait pour donner aux mélancoliques le goût de vivre et aux pessimistes celui de l’avenir.

Il était trop conscient des ruses de l’Histoire pour se navrer des temps présents, et sa conversation, elle-même, était si étincelante qu’elle nous consolait de tout ce que la vie, parfois, peut avoir d’amer.

«Cette grâce lumineuse, contagieuse, a conquis ses lecteurs qui voyaient en lui un antidote à la grisaille des jours»

Jean d’Ormesson fut ainsi cet homme entouré d’amis, de camarades, offrant son amitié et son admiration avec enthousiasme, sans mesquinerie. Ce fut un égoïste passionné par les autres. Sans doute son bréviaire secret, était-il Les Copains de Jules Romains, auquel il avait succédé à l’Académie française. Berl, Caillois, Hersch, Mohrt, Déon, Marceau, Rheims, Sureau, Rouart, Deniau, Fumaroli, Nourissier, Orsenna, Lambron ou Baer… je ne peux les citer tous, mais cette cohorte d’amis, ce furent des vacances, des poèmes récités, de la liberté partagée.

Pour ceux qu’il accompagna jusqu’au terme ultime, sa présence et sa parole furent des baumes incomparables. Comme son cher Chateaubriand le disait de Rancé, «on croyait ne pouvoir bien mourir qu’entre ses mains, comme d’autres y avaient voulu vivre».

Cette grâce lumineuse, contagieuse, a conquis ses lecteurs qui voyaient en lui un antidote à la grisaille des jours. Paul Morand disait de lui qu’il était un «gracieux dévorant», rendant la vie intéressante à qui le croisait. C’est cette clarté qui d’abord nous manquera, et qui déjà nous manque en ce jour froid de décembre.

Jean d’Ormesson fut ce long été, auquel, pendant des décennies, nous sommes chauffés avec gourmandise et gratitude. Cet été fut trop court, et déjà quelque chose en nous est assombri.

Mais celui que l’on voyait caracoler, doué comme il l’était pour l’existence et le plaisir, n’était pas le ludion auquel quelques esprits chagrins tentèrent, d’ailleurs en vain, de le réduire.

«Jean d’Ormesson était de ceux qui nous rappelaient que la légèreté n’est pas le contraire de la profondeur, mais de la lourdeur»

La France est ce pays complexe où la gaieté, la quête du bonheur, l’allégresse, qui furent un temps les atours de notre génie national, furent un jour, on ne sait quand, comme frappés d’indignité. On y vit le signe d’une absence condamnable de sérieux ou d’une légèreté forcément coupable. Jean d’Ormesson était de ceux qui nous rappelaient que la légèreté n’est pas le contraire de la profondeur, mais de la lourdeur.

Comme le disait Nietzsche de ces Grecs anciens, parmi lesquels Jean d’Ormesson eût rêvé de vivre, il était «superficiel par profondeur».

Lorsqu’on a reçu en partage les facilités de la lignée, du talent, du charme, on ne devient normalement pas écrivain, on ne se veut pas à toute force écrivain, sans quelques failles, sans quelques intranquillités secrètes et fécondes.

«J’écris parce que quelque chose ne va pas» disait-il, et lorsqu’on lui demandait quoi, il répondait: «Je ne sais pas». Ou, plus évasivement encore: «Je ne m’en souviens plus.» Telle était son élégance dans l’inquiétude.

Et c’est là que l’eau claire du bassin soudain se trouble. C’est là que l’exquise transparence laisse paraître des ombres au fond du bleu cobalt. Un jour vint où Jean-qui-rit admit la présence tenaillante, irréfragable, d’un manque, d’une fêlure, et c’est alors qu’il devint écrivain.

Ses yeux aujourd’hui se sont fermés, le rire s’est tu, et nous voici, cher Jean, face à vous. C’est-à-dire face à vos livres. Tous ceux que vous aviez égarés par vos diversions, que vous aviez accablés de votre modestie, tous ceux à qui vous aviez assuré que vous ne dureriez pas plus qu’un déjeuner de soleil, sont face à cette évidence, dont beaucoup déjà avaient conscience, se repassant le mot comme un secret.

Cette évidence, c’est votre œuvre. Je ne dis pas: vos livres, je ne dis pas: vos romans. Je dis: votre œuvre. Car ce que vous avez construit avec la nonchalance de qui semble ne pas y tenir, se tient devant nous, avec la force d’un édifice où tout est voulu et pensé, où l’on reconnaît à chaque page ce que les historiens de l’art appellent une palette, c’est-à-dire cette riche variété de couleurs que seule la singularité d’un regard unit.

La clarté était trompeuse, elle était un miroir où l’on se leurre, et le temps est venu pour vous de faire mentir votre cher Toulet. «Que mon linceul au moins me serve de mystère», écrivait-il. Votre linceul, lui, désormais vous révèle.

Nous devrons, pour vous entendre, à présent tendre l’oreille, et derrière les accords majeurs nous entendrons, comme chez Mozart, la nuance si profonde des accords mineurs.

Ce que votre politesse et votre pudeur tentaient de nous cacher, vous l’aviez mis dans vos livres.

Et ce sont les demi-teintes, le «sfumato» subtil, qui vont à présent colorer la surface claire.

Ce sont ces mille couleurs qui flottent comme sur de la «moire» précisément, dont Cocteau parlait en essayant de qualifier les blancs de Cézanne.

Nous ne vous découvrirons ni triste, ni sombre, mais derrière votre ardeur nous saurons voir une fièvre, derrière vos plaisirs une insatisfaction, et derrière votre bonheur quelque chose d’éperdu, de haletant, qui nous touche en plein cœur.

«C’est ainsi que vous avez noué avec les Français (…) une relation particulière, une proximité en humanité qui n’était qu’à vous

Nous entrerons dans le secret de cette âme qui s’est si longtemps prétendue incrédule pour comprendre qu’elle ne cessa d’embrasser le monde avec une ferveur mystique, débusquant partout, au cœur de son ordre improbable et évident, ce Dieu, au fond si mal caché, dont vous espériez et redoutiez la présence et qui, peut-être, dans quelque empyrée, vous fit enfin: «La fête continue

Vous ne nous aviez pas si bien trompés, il est vrai. Nous savons que votre conversation la plus personnelle était réservée à ces écrivains que fascinèrent les mystères du monde, et d’abord l’insondable mystère du temps.

Cheminer avec Saint-Augustin, Chateaubriand, Proust, c’est n’être point dupe des arcanes de la vie.

S’entretenir par-delà la mort avec Caillois, Berl, ou votre père, c’est frayer dans des contrées parfois austères où vous alliez nourrir la force de vos livres.

C’est dans ces confrontations intimes que vous alliez puiser cette énergie incomparable. Contrairement à Chateaubriand, encore lui, qui se désespérait de durer, vous avez cru qu’en plongeant au cœur des abîmes de la vie vous trouveriez la matière revigorante et universelle de livres où chacun reconnaîtrait sa condition, où chacun se consolerait de ses contradictions.

Et pour cela vous avez inventé, presque sans la chercher, cette forme nouvelle tenant de l’essai, de l’entretien, de la confession et du récit, une conversation tantôt profonde, tantôt légère, un art libertin et métaphysique.

C’est ainsi que vous avez noué avec les Français, et avec vos lecteurs dans tant de pays, une relation particulière, une proximité en humanité qui n’était qu’à vous.

Le courage de l’absolu dans la politesse d’un sourire.

C’est cela votre œuvre, elle vous lie à Montaigne, à Diderot, à La Fontaine et Chateaubriand, à Pascal et Proust, elle vous lie à la France, à ce que la France a de plus beau et de plus durable: sa littérature.

«Nous vous demandons pardon, Monsieur, de ne pas vous avoir tout à fait écouté, pardon pour cette pompe qui n’ajoute rien à votre gloire»

C’est le moment de dire, comme Mireille à l’enterrement de Verlaine: «Regarde, tous tes amis sont là.» Oui, nous sommes là, divers par l’âge, par la condition, par le métier, par les opinions politiques, et pourtant profondément unis par ce qui est l’essence même de la France: l’amour de la littérature et l’amitié pour les écrivains.

Et ce grand mouvement qu’a provoqué votre mort, cette masse d’émotion, derrière nous, derrière ces murs, autour de nous et dans le pays tout entier, n’a pas d’autres causes. À travers vous la France rend hommage à ce que Rinaldi appelait «la seule chose sérieuse en France, si l’on raisonne à l’échelle des siècles».

Évoquant, dans un livre d’entretien, votre enterrement, vous aviez écrit: «À l’enterrement de Malraux, on avait mis un chat près du cercueil, à celui de Defferre c’était un chapeau, moi je voudrais un crayon, un crayon à papier, les mêmes que dans notre enfance. Ni épée, ni Légion d’honneur, un simple crayon à papier

Nous vous demandons pardon, Monsieur, de ne pas vous avoir tout à fait écouté, pardon pour cette pompe qui n’ajoute rien à votre gloire. Avec un sourire auriez-vous pu dire peut-être que nous cherchions là à vous attraper par la vanité et peut-être même que cela pourrait marcher.

Non, cette cérémonie, Monsieur, nous permet de manifester notre reconnaissance et donc nous rassure un peu. Du moins puis-je, au nom de tous, vous rester fidèle en déposant sur votre cercueil ce que vous allez et ce que vous aviez voulu y voir, un crayon, un simple crayon, le crayon des enchantements, qu’il soit aujourd’hui celui de notre immense gratitude et celui du souvenir.

Je vous remercie.»

Magnifique discours!

Document envoyé par Yvette B., organisatrice du Club de lecture d’Isthmia (ma résidence).

Merci Yvette

Publié dans Actualité, Litterature | Pas de Commentaire »

Johnny, suite et fin. Un samedi avec Johnny

Posté par ENO filles le 10 décembre 2017

               Un samedi avec Johnny

Samedi 9 décembre 2017

Pendant 3 journées consécutives je suis restée collée à ma Télé. Un exploit !

J’ai regardé, écouté, photographié, enregistré… et je n’ai pas regretté.

Mais deux événements pareils simultanés ça n’arrive pas souvent.

J’ai subi ces deux disparitions tristement, comme beaucoup de Français.

Et j’ai trouvé respectueux de célébrer depuis chez moi, faute de ne pouvoir me déplacer, ces deux grands personnages, en écoutant tout ce qui était dit sur eux et en regardant les images de leur départ.

LA MORT

Une réponse de jean d’Ormesson

- « Si, à votre mort, on vous proposait de tout recommencer… ?
- Hors de question ! Une vie suffit, quand elle a été pleine. La pire des punitions pour l’homme serait d’être immortel. »…

Certes c’était normal et attendu. Jean d’Ormesson était âgé et a affronté récemment, dignement et avec discrétion cette maladie qui s’attaque à tous actuellement, le cancer, et qui laisse toujours des traces.

Le second, Johnny a lutté pendant des années contre ce même ennemi. Il s’est battu vaillamment et a laissé sa place avec courage.

Victor Hugo aurait dit de lui comme d’Hernani, je suis « Une force qui va ». Oui sans doute.

Victor Hugo était un grand homme de culture mais comme d’Ormesson, il ne méprisait pas le peuple et sa prétendue ignorance.

Je ne me souvenais plus de cette citation mais je connais celle-ci:

« Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front.
Ceux qui d’un haut destin gravissent l’âpre cime.
Ceux qui marchent pensifs, épris d’un but sublime.
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour… »

Tous deux ont eu amour et labeur.

Tous deux ont eu cette chance qu’on appelle la vie.

Mais tous n’ont pas eu et n’auront peut-être jamais accès à la Culture.

« J’ai traversé le monde en première classe, j’ai eu beaucoup de chance, et le mot que je prononce le plus souvent, c’est le mot « merci ».

Encore une de ces belles phrases de Jean d’Ormesson. (J’en ai plein mon Citabook).

Et le Bonheur dans tout ça ?

«Je crois que si je passe pour l’écrivain du bonheur, c’est parce que je pense qu’il faut être heureux en dépit de tout le reste.» J d’O

HOMMAGE A JOHNNY

Ce samedi matin Johnny est partout.

Ce belge au nom américain est bien un monument français de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe, qu’on le veuille ou non.

Des Champs-Elysées à l’église de La Madeleine, la foule immense a présenté samedi un impressionnant hommage à Johnny Hallyday. Une foule qui va de 7 à 77 ans (et plus) comme l’aurait écrit Hergé.

 IMG_1476

Chaque fois il s’inscrit dans une époque. Il est transgénérationnel. C’est son côté iconique.

Un dernier voyage grandiose pour un chanteur de légende.

Un dernier spectacle, c’était une volonté de Johnny.

D’un côté, des milliers des centaines de fans, de l’autre le cortège funéraire et 700 bikers  pour rappeler son amour de l’Amérique et de la moto.

 

Derrière la famille le groupe compact des amis.

IMG_1530

 

IMG_1454
Tristesse et joie de chanter ! Des larmes il y en a eu, mais aussi de la musique à tue-tête, des gens qui dansaient le rock comme s’il s’agissait d’une grande fête.

IMG_1485

Sur Paris, un froid glacial mais un soleil éclatant.
Mais à un moment les clameurs se sont tues. Une ferveur a gagné l’ensemble du public.

Je repense à ma jeunesse, mon appétit de vivre, mes premières rencontres, mes premières histoires d’amour.

SES CHANSONS

Son personnage avait un côté assez sexy et ses chansons séduisaient. Il sublimait les mots que lui avaient écrits ses paroliers. 230 sont des adaptations de titres étrangers.

Jusqu’au bout, le chanteur qui s’est éteint ce mercredi a travaillé sur un 51e album studio de « rock’n'roll », programmé pour sortir à l’automne 2018.

Le 17 mars 2017, Johnny Hallyday poste sur son compte Instagram une photo noir blanc sur laquelle il pose accroupi entouré de sa bande de musiciens.

« En studio pour un nouvel album « Fuck the cancer », annonce-t-il bravement, joignant le majeur levé à la parole. Les fans remarquent vite que le cliché, signé Renaud Corlouer, n’est pas récent et date de la tournée 2013-2014. Mais qu’importe !

Le chanteur a bien débuté à Los Angeles l’enregistrement de ce 51e album avec son fidèle guitariste :

« C’est la volonté de Johnny d’être dans une musique qui a bercé sa vie, la musique qu’il affectionne par-dessus tout, donc on travaille dans cette direction ».  Maxim Nucci.

Mais la maladie est devenue trop forte, il n’a pas pu enregistrer les deux derniers

Parmi ses paroliers on retiendra :

Charles Aznavour (Retiens la nuit)

Pierre Billon (J’ai oublié de vivre),

Gilles Thibault (Que je t’aime; Requiem pour un fou),

Michel Mallory (J’ai un problème; Noël interdit),

Pierre Delanoë (Derrière l’amour),

Jean-Jacques Goldman (Je te promets; Laura; J’oublierai ton nom),

Gérard De Palmas (Marie)

Michel Berger pour l’ensemble de l’album Rock’n'Roll Attitude.

Et lui ? Mais oui, il sait écrire des chan­sons 

Il dit en avoir écrit 200 (105 pour lui-même, dont 100 entre 1960 et 1984 et 13 pour onze autres interprètes). Cela replace l’idole des jeunes au centre du proces­sus de créa­tion

Quant à sa musique, c’était la sienne.  

EN SAVOIR PLUS

 

LA CEREMONIE RELIGIEUSE

IMG_1456

Dans un silence chargé d’émotion, le cortège arrive à l’église de la Madeleine.

 

IMG_1545

Le Président Macron a commencé son discours en haut des marches
Il a affirmé que son éloge c’était aussi « Pour le rock, pour que le Blues, Pour que le feu ne s’éteigne pas »…
Il a demandé à la foule d’Applaudir « Monsieur » Johnny Hallyday.

IMG_1467

Moment fort en émotion !
Qui peut refuser cet honneur ?

Tous rassemblés sous le regard bienveillant de leur idole.
Tous, un jour ou l’autre, nous avons retrouvé le sourire ou noyé notre tristesse avec les chansons de Johnny.

Tous différents, étudiants retraités, quatre générations ont eu à partager une musique, une chanson, une situation.

Voici les mots qui ont tourné dans ma tête à cet instant :

Dignité, Poésie, Symbiose, Osmose, amour, tendresse, générosité…
Le Président Sarkozy et Johnny « Je vais vous redonner « L’envie d’avoir envie »…

La cérémonie fut émouvante, raffinée, inattendue.

IMG_1506

On entendait la foule chanter.

IMG_1506b
D’autres stars du Rock ont eu eux aussi droit à des funérailles mémorables.

Elvis Presley mort le 16 août 1977 reste l’une des icônes culturelles majeures du XXe siècle.

David Bowie mort le 10 janvier 2016 s’est imposé comme un des artistes musicaux les plus originaux, les plus importants et novateurs de la musique pop et rock.
Chuck Berry mort le 18 mars 2017 est l’un des pionniers du rock‘n’roll.

Et maintenant Johnny Hallyday. S’il ne fut pas le premier à chanter du rock en France, il fut, en 1960, le premier à populariser le rock ‘n’ roll dans l’Hexagone. Et je fais partie de cette génération.

 

Lors de l’Homélie, pendant la cérémonie religieuse, le prêtre a repris les mots de la chanson « Que je t’aime… », un thème tout à fait adapté.

Il a cité la Lettre de saint Paul : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé… »

Et encore quelques bribes de son discours restées en ma mémoire :

« Avec une poignée de terre il a créé le monde

Puis il a créé l’homme et la femme, et l’amour …»

DIGNITE DE LA FAMILLE
Toutes les vies de Johnny étaient ici réunies.

NATHALIE ET SYLVIE
Sylvie, la compagne des années yéyé
Nathalie, la compagne des années sages

LAETITIA ET LES FILLES
Et Laëtitia, son miracle, comme il l’appelait.

Un baiser au cercueil
La saga Hallyday continue sans son patriarche.

DAVID

Puis le convoi quitte la Madeleine.

Sous les cris de la foule, le corbillard s’éloigne de l’église, vraisemblablement pour retourner au funérarium du Mont-Valérien.

La dépouille de Johnny Hallyday s’est envolée pour Saint-Barthélemy ce dimanche matin (heure de Paris).

L’inhumation se déroulera  lundi après-midi, soit lundi soir heure de Paris.

IMG_1537

 

QUELQUES PHRASES GLANEES PENDANT LA DIFFUSION DE LA CEREMONIE

Il tenait sa couronne des bas quartiers mais à force de travail petit à petit il a gagné un public très large.

Malgré tout ça il reste sympa humble. Il est conscient de ce qu’il était, simple.

Ça lui a donné une épaisseur.

C’est comme ça qu’on fabrique un destin.
C’est un personnage du roman français qu’il a lui-même construit.
C’était un feu, une intensité en permanence.
Je suis gourmand de cette vie magnifique.

Une Overdose de rêve… pour qui ? Pour lui ? Pour nous ?
Derrière le personnage on sait toujours ce que l’homme était : Johnny Hallyday ou la France rock ‘n’ roll.

 

DOCUMENTS Le Figaro Culture

 « Emmanuel Macron salue «M. Johnny Hallyday», «un destin français»

« Hommage à Johnny Hallyday : requiem pour un fou de rock’n'roll

« Hommage à Johnny Hallyday : toutes les stars ou presque rassemblées à la Madeleine »

« Hommage à Johnny Hallyday: dans Paris, la foule communie avant la cérémonie

« Les musiciens de Johnny Hallyday ont joué toute la musique qu’il aimait »

« Saint-Barthélemy se prépare à accueillir Johnny Hallyday pour l’éternité »

Vingt chansons de Johnny Hallyday qui ont marqué l’histoire

 

Je vais terminer mon article par cette citation de Jean d’Ormesson (Qu’ai-je donc fait?, éd. Robert Laffont, 2008)

«Je n’écris, pour ma part, ni un roman ni des Mémoires. J’essaie de comprendre le peu que j’ai fait et comment tout cela s’est emmanché. Je n’écris pas pour passer le temps ni pour donner des leçons. Je n’écris pas pour faire le malin ni pour ouvrir, comme ils disent, des voies nouvelles à la littérature.

«Pouah! Je n’écris pas pour faire joli ni pour défendre quoi que ce soit. J’écris pour y voir un peu plus clair …»

J’espère vous avoir également éclairés.

Et si vous avez quelque chose à me dire, écrivez-le ici, en commentaire. Merci d’être allés jusqu’au bout.

Publié dans Actualité, Litterature, Musique | Pas de Commentaire »

Dimanche 10 décembre 2017 Anniversaire de la remise du Prix Nobel à Albert Camus

Posté par ENO filles le 10 décembre 2017

Mémoire
Discours d’Albert Camus pour la réception du prix Nobel de littérature, donné à Stockholm le 10 décembre 1957.
Le prix lui a été décerné pour « l’ensemble d’une œuvre qui met en lumière les problèmes se posant de nos jours à la conscience des hommes ».23 oct. 2012
ALBERT CAMUS Nobel 1957

Albert Camus – Discours de réception du prix Nobel, 1957 – YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=M5QD-32MCv4
Merci à Sylviane BORDONADO  de l’avoir signalé
Albert Camus, prix Nobel de littérature (FranceArchives)

https://francearchives.fr/commemo/recueil-2007/38875

Lorsque Camus reçoit à l’âge de 44 ans le prix Nobel, sa première réaction publique est de proclamer que « C’est Malraux qui aurait dû l’avoir ». C’est une élégance de grand seigneur mais aussi une façon d’anticiper le jugement qu’il prête aux intellectuels et aux écrivains, parisiens. Camus intériorise d’autant mieux cette …

Mon précédent article. Cliquez sur le lien

2013.11.13 Il y a 100 ans naissait Albert Camus

Posté par ENO filles le 13 novembre 2013

ALBERT CAMUS dossier

EXTRAIT DE MON ARTICLE

« En recherchant mes livres je me suis aperçue qu’aucun n’était annoté comme le sont tous les autres de ma bibliothèque. Je l’avoue, je n’ai pas retrouvé beaucoup de résonnance dans les livres de Camus à l’époque où je les ai lus. Mais il n’est pas trop tard. C’est l’occasion ou jamais. En attendant je me contenterai d’adresser ici un hommage à l’écrivain et au poète.

Certains ont dit qu’il était le philosophe des Terminales. C’est très réducteur certes mais en même temps ceci prouve qu’il est incontournable dans le bagage philosophique des bacheliers.

Si j’ai longtemps partagé son utopie sur le bonheur des hommes , surtout dans ma jeunesse, la période où tous les rêves sont permis, la vie s’est chargée de me démontrer qu’il faut, sans doute y croire, et agir… pour pouvoir apporter sa modeste pierre à cette construction imaginaire dont la fragilité est démontrée chaque jour.

Quant à son rêve d’humanisme, chacun garde le même, enfoui au fond, tout au fond de lui, avec l’espoir que tout homme aura un jour droit au bonheur et a sa part de gâteau. Mais personne ne sait comment faire. Je suis trop petite pour mettre en œuvre ce magnifique rêve… »

 

A écouter et à télécharger avec Fluvore.com

L’Étranger lu par Albert Camus
Ajoutée le 27 oct. 2016 Texte intégral lu par Albert Camus en avril 1954.
En juin 1942, paraît un court roman L’Étranger. L’auteur est un inconnu de 28 ans qui allait non seulement modifier l’histoire de la littérature française, mais aussi celle de la philosophie du XXe siècle avec la formulation du sentiment de l’absurdité du destin humain. Les 7, 8 et 9 avril 1954, Albert Camus enregistre l’intégralité de son texte pour la radio nationale (O.R.T.F). Il reçoit le prix Nobel en 1957. Frémeaux & Associés et l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) en accord avec Gallimard ont décidé de restaurer cet enregistrement et de mettre à la disposition du public, la lecture sonore de ce chef-d’œuvre par son auteur.

Audiobook

L’Étranger – Albert Camus (audiobook + texte/sous-titres)  
https://www.youtube.com/watch?v=r85TpcuwBxY

 

Publié dans Actualité, Litterature | Pas de Commentaire »

Hommmage à Jean d’Ormesson

Posté par ENO filles le 8 décembre 2017

 

« Et moi qui m’imaginais devoir vivre pour toujours, qu’est-ce que je deviens ? »

« La mort est la fin et le couronnement de toute une vie »

A méditer!

JEAN D'ORMESSON

Hommage national pour Jean d’Ormesson et Hommage Populaire pour Johnny. Les termes sont bien définis et je remercie notre Président d’avoir fait la différence. Les deux types de cérémonies sont réservées à des personnalités qui ont marqué le pays ou des militaires tombés pour la France

L’hommage national diffère des obsèques nationales, ces dernières relevant d’un décret du président et étant exclusivement à la charge de l’État.

Un hommage national a été rendu à des personnalités politiques comme Michel Rocard en 2016, à Simone Veil cette année, à Aimé Césaire en Martinique en 2008.

Parmi les écrivains y ont eu droit Victor Hugo, Pierre Loti, Maurice Barrès, Paul Valéry et Colette.

Hommage national à la chanteuse noire Joséphine Baker, somptueuse meneuse de revue, mais cet hommage lui avait était rendu pour sa lutte contre le racisme et en faveur de l’enfance qui lui avait valu bien des incompréhensions et bien des déboires.

Le 15 avril 1975, ses obsèques ont également eu lieu en l’église de la Madeleine.  De nombreuses personnalités et un public fidèle étaient présents pour lui rendre hommage.

Obsèques Joséphine Baker

Il y a eu également la chanteuse Édith Piaf en octobre 1963, dont la disparition s’est télescopée avec celle de l’académicien Jean Cocteau.

L’histoire se répète avec le décès de Jean d’Ormesson qui a précédé de quelques heures la disparition de «l’idole des jeunes» Johnny Hallyday

Et pourtant il avait évoqué avec justesse cette situation dans une interview du Figaro.

ECOUTEZ-LE!

Mais différence ne fait pas classement. Tous deux ont marqués nos vies. Tous deux resteront des légendes du patrimoine français. Nous ne les oublierons pas.

Certes, depuis l’annonce de leur départ, l’image de  Johnny a envahi nos écrans et c’était un plaisir de revoir toutes ces images, d’entendre toutes ces musiques qui nous ont transportées  avec émotion vers toutes les périodes  de notre vie.

On aurait pu penser que notre géant de la littérature avait été un peu oublié. J’en ai été un peu choquée.

Jean d’Ormesson, dont tout le monde a entendu parler en raison de son incontournable  présence médiatique n’est pas aussi connu du public. Peut-être son départ donnera-t-il envie à certains de se pencher sur ces écrits remarquables.

C’est en 1971 que débute réellement sa carrière littéraire, avec la parution de « La Gloire de l’Empire », Grand prix du roman de l’Académie française

Académicien, il n’oublie pas son statut de directeur du  journal Le Figaro.

Il aspire à un monde « traditionnellement moderne » et il insuffle à ses écrits un peu de lui. C’est ce qui en fait leur charme. 

Mais, s’il aime parler de lui-même il n’oublie pas à travers cette analyse de transmettre à la nouvelle génération ses réflexions philosophiques.

Et c’est ce que j’apprécie le plus dans son œuvre. C’est ce que je recherche dans mes lectures.

Aujourd’hui lui sera rendu un l’hommage national rendu à l’ Académicien sera présidé par Emmanuel Macron dans la cour d’honneur des Invalides, sera précédé par une messe célébrée à 10h30 en la cathédrale Saint-Louis des Invalides.

Une cérémonie à suivre en direct sur France TV à partir de midi. C’est l’académicien Jean-Marie Rouart qui prononcera l’éloge de son ami disparu.

Parmi les invités figureront deux anciens président de la République: Nicolas Sarkozy – qui a dit pleurer «un ami» – et François Hollande – qui l’avait élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur.

La dépouille de Jean d’Ormesson sera incinérée «plus tard» dans l’intimité.

Le romancier, qui est décédé dans la nuit de lundi à mardi d’une crise cardiaque à son domicile de Neuilly-sur-Seine, était l’archétype, le modèle parfait de l’écrivain à la française, charmant et charmeur, intelligent et cultivé, brillant et modeste à la fois.

Homme brillant, espiègle, volontiers séducteur derrière son regard bleu malicieux, l’ancien directeur du Figaro restera comme l’un des plus grands écrivains populaires français.

«J’ai écrit mon premier roman pour plaire à une fille»

JEAN D'ORMESSON

Chacune de ses formules faisait écho et école pour et en chacun de nous.

En voici une:

«Une beauté pour toujours. Tout passe. Tout finit. Tout disparaît. Et moi qui m’imaginais devoir vivre pour toujours, qu’est-ce que je deviens ? » Jean d’Ormesson

EN ECOUTER PLUS

 « En fait, il est toujours là et restera parmi nous avec ses merveilleux livres», confiait jeudi à l’AFP sa fille, l’éditrice Héloïse d’Ormesson. Il en a écrit plus d’une quarantaine.

QUELQUES EXTRAITS DE SA PROLIFIQUE BIBLIOGRAPHIE

En 2003, « C’était bien » raconte la vie de l’auteur et anticipe même sa mort.

En 2005, avec « Une fête en larme », il tente l’originalité et, toujours en se mettant en scène, il se met à raconter son roman idéal à un journaliste.
En 2006, il se laisse aller et publie « La Création du monde », roman d’un nouveau genre pour lui et très attendu par la critique littéraire.
En 2007 paraît son nouveau roman « Odeur du temps » aux éditions Héloïse d’Ormesson, maison dirigée par sa fille.
En 2009, il publie coup sur coup deux ouvrages, « L’Enfant qui attendait un train », un album jeunesse, et « Saveur du temps », le deuxième tome de ses chroniques au Figaro.
En 2012, il joue le rôle du Président de la République au côté de Catherine Frot dans « Les délices du palais » de Christian Vincent. Il m’a fait presque aimer ce Président (ndlr)
En 2013, «Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit»

Il évoque son cancer de la vessie qui lui a coûté 8 mois de souffrances et de séjours à l’hôpital mais dont il est en rémission.

En 2014, épuisé par la maladie, il sort tout de même un nouveau roman « Comme un chant d’espérance ».
En 2016, « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle » et le petit manuel « Guide des égarés », un titre emprunté à Maimonide, qui lui permet en vingt-neuf chapitres de revenir sur ses thèmes de prédilection.

J’en retiens deux, parmi mes dernières lectures.

«Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit» et « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle »

Il s’en va à 92 ans.

 A REGARDER

Jean d’Ormesson, les cinq vies d’un Immortel Par Margaux Lannuzel (EUROPE 1 )

 

12h50 La cérémonie est maintenant terminée

Le Président Emmanuel Macron a pris la parole et la Marseillaise a retenti lors de la cérémonie d’hommage national dans la cour d’honneur des Invalides

Magnifique discours!

Je suis bouleversée par votre discours, Monsieur le Président.

À la hauteur du personnage et de votre rang et de votre fonction!
Bravo ! Vous démontrez ici vos liens et votre réel amour des belles lettres et votre aisance avec les mots. C’est plus qu’un flirt avec la littérature.
Avec ce discours vous avez touché mon cœur d’amoureuse des mots et aujourd’hui d’électrice.
Je n’ai pas voté pour vous. Je n’avais pas confiance.
Si ce discours avait eu lieu avant, je crois que j’aurais tenté l’aventure.
Quand on est capable de prononcer de tels mots avec tellement d’empathie, de justesse et d’humanité, on est capable de bien plus que cela, on est certainement capable de diriger un pays. Ne nous décevez pas. Vous savez manier les mots. Saurez-vous aussi bien manier l’avenir de notre pays?

« Il faut à  la fois rechercher et mépriser les honneurs ». Cette phrase est aussi valable pour vous. J’adhère!

Pour terminer votre éloge, Monsieur le président, vous avez déposé ce crayon des enchantements comme le nommait Jean d’Ormesson. C’était le geste le plus charmant et le plus symbolique pour ponctuer votre discours.

Jean d’Ormesson aurait aimé !

 JEAN D'ORMESSON CEREMONIE

 photos prises sur mon Téléviseur.

 

Rendez-vous sur place ou devant vos écrans dans une demi-heure!

 SUIVEZ EN LIVE

A LIRE

Jean d’Ormesson et Johnny Hallyday, deux numéros exceptionnels de Paris Match

PARIS MATCH JEAN D'ORMESSON ET JOHNNY HALLYDAY

 

A SUIVRE

La France rendra samedi un «hommage populaire» à l’interprète de «Que je t’aime».

 

Vous y serez conviés.

 

 

Publié dans ENO | 1 Commentaire »

Le solennel adagio de l’hiver

Posté par ENO filles le 6 décembre 2017

 » La société de masse ne veut pas la culture mais les loisirs » déclare Hannah Arendt dans son livre « La crise de la culture » en 1961 et 1968. Mais en ce mois de décembre ce sont les deux qui nous ont quittés.

JEAN D'ORMESSON  JOHNNY HALLYDAY 2014 Salaud on t'aime

                                         Au revoir Monsieur d’Ormesson                                Au revoir Johnny

Aujourd’hui ils ne sont plus.

Jean d’Ormesson, parfois surnommé Jean d’O, né le 16 juin 1925 à Paris est mort le 5 décembre 2017 à Neuilly-sur-Seine

Le rockeur préféré des Français est mort  dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 décembre 2017.  Il était âgé de 74 ans.

La France a du chagrin.

Moi aussi j’ai du chagrin.

Tous deux sont partis comme ils ont vécu.

Ils auraient pu se mourir sur scène, comme Molière (en réalité Molière ne meurt pas sur scène, mais dans son lit. Il succombe à une hémorragie, quelques heures après une représentation du « Malade imaginaire » le 17 février 1673)

On les pensait immortels. Ils le sont

Jean d’O, comme on le surnommait avec affection, écrivain prolifique et très médiatique, allant de grandes fresques historiques aux essais philosophiques, partageant ses réflexions sur la vie, la mort ou l’existence de Dieu, est le premier immortel entré à l’Académie française à 48 ans en 1973. Il est régulièrement invité pour son érudition et son art de la conversation. Amoureuse des mots, j’adore les siens.

Johnny,  par ses chansons, en révolutionnant le paysage français musical dans les années 60, a fait entrer une part d’Amérique au Panthéon national. Une légende française. Une immense carrière de 57 ans, intergénérationnelle.

Par leurs mots, par leur musique, par leur force et par leur rage de vivre à la poursuite du bonheur.

Gémeaux comme moi (j’ai toujours eu des affinités avec les gens de mon signe), ce sont des personnes que j’ai aimées et qui ont laissé et laisseront des traces dans ma vie. Ils ont enchanté nos vies.

JOHNNY HALLYDAY

« Que je t’aime »

Un monument du rock français s’en est allé. Il symbolise la culture rock populaire.

Que va-t-on retenir de Johnny ?

C’est un archange du rock ‘n’ roll, sa voix déchirante, son Sourire extraordinaire, les yeux d’un bleu lac, autant à l’aise dans le rock que dans la douceur.

L’ENFANCE – LES DEBUTS

Fils d’Huguette, mannequin de cabine et de Léon Smet, acteur, chanteur et danseur belge, Jean-Philippe naît dans le 9e arrondissement de Paris, le 15 juin 1943 Son père le  reconnait, le 7 septembre 1944. Il se nomme désormais Jean-Philippe Smet. Il sera élevé par sa tante paternelle Hélène Mar aidée de ses filles Desta et Menen.

À 3 ans commence pour Jean-Philippe une vie d’enfant de la balle.

il vit à Londres durant deux ans.

Ses cousines sont des danseuses classiques.

Desta épouse Lee Lemoine Ketcham, un danseur américain connu sous le nom de scène de Lee Halliday.

Lee Halliday, son père de cœur qui est pour lui une incarnation du rêve américain, le surnomme Johnny.

Il optera pour le nom de scène de Hallyday.

Il vivra 2 ans à Genève et plus tard à Paris.

Il va obtenir quelques petits rôles, tourne une Pub.

À 14 ans, en voyant au cinéma le film Amour frénétique, Johnny découvre Elvis Presley et le rock ‘n’ roll. C’est une révélation et, convaincu d’avoir trouvé sa voie, il décide de devenir rockeur.

1958  Johnny débute avec le soutien de ses proches.

Il devient dans le même temps possesseur d’une collection de disques alors inconnus en France.

Johnny fréquente ce qui bientôt devient le lieu culte du rock français : le Golf-Drouot.

C’est là qu’il retrouve d’autres copains, futurs confrères et concurrents : Long Chris, Dany Logan, Jacques Dutronc et Eddy Mitchell.

S’inspirant de ses idoles, il chante des reprises et adaptations françaises du répertoire américain en s’accompagnant à la guitare.

Il obtient ses premiers succès publics en chantant pour les GIs dans les bases américaines.

Le 30 décembre 1959, il est remarqué par Jil et Jan, deux auteurs-compositeurs enthousiasmés par sa prestation, ils le présentent à Jacques Wolfsohn de la maison de disques Vogue.

Depuis 1960, Johnny Hallyday a enregistré plus de 1 000 titres, dont une centaine de sa composition et vendu 110 millions de disques, pour une discographie officielle qui compte 50 albums studio et 27 albums live… 

DE LUI ON RETIENT

* LE SYMBOLE D’UNE JEUNESSE REBELLE.

Un modèle. Toujours très bien décidé à faire ce qu’il veut faire.

« Ma gueule qu’est-ce qu’elle a ma gueule »

* LE GUERRIER

Sa vie a toujours été un combat. Il a toujours relevé le défi, toujours plus haut toujours plus fort. Il a été un phare, un exemple de combativité, un modèle élégance, d’humilité.

Pour nous c’était la GUERRE d’ALGERIE.

* LES COPAINS

2012 En tournée, il n’est jamais seul

En décembre 2016, « Les vieilles canailles »

Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc avaient annoncé les retrouvailles des Vieilles Canailles pour une tournée estivale en 2017.

* LE ROI DU Rock ‘n’ roll

Le Service militaire va servir à la propagande.

En mai 1964, avant son départ à l’armée, sous l’objectif de Jean-Marie Périer, Johnny pose en tenue militaire devant le drapeau tricolore pour la couverture de « Salut les copains ».

1960 L’homme à la moto…

« On a tous quelque chose en nous de Tennessee »

JEAN D'ORMESSON academicienA quelques jours de son départ, il prend livraison de sa première Harley-Davidson, une Electra Glide rouge et blanche à laquelle il fait ajouter des sacoches de cow-boy.

JOHNNY LA MOTO

 

* L’ IDOLE DES JEUNES

100 millions de disques ! « Le charisme ça ne s’invente pas »

* LES CONCERTS

1982 Johnny Hallyday au Palais des Sports

26 Mars 2016 Johnny Hallyday Rester Vivant au Palais 12 a Bruxelles

Il est capable d’impro. La preuve : ce concert improvisé pour «Salut les copains»

1963 Concert de la Nation, Salut les Copains, Paris La Nation, 22 juin

1963 Johnny Hallyday Live  Amsterdam

1987 Bercy

1991 Johnny Hallyday à Paris Place de la Nation – Hommage à la jeunesse russe

1992 – Johnny à Bercy

1993 Le Parc des Princes

1996 Johnny Hallyday LAS VEGAS

1998 Le Stade de France

Johnny Hallyday  entre au stade de France en hélicoptère

2006 – Le Palais des Sports

* SES SPECTACLES  XXL

Le 30 mai 2009 son premier grand concert au stade de France est dans toutes les mémoires.

Voir aussi  ici et

2012 Entrée scène Johnny Hallyday

« Pour moi la vie va commencer »

 

IL EST LE ROCKER DE LA DEMESURE

Il est de toutes les époques : Rock ‘n’ roll , yéyé, hard rock …

Il a mis le feu dans sa vie, à sa vie et dans la vie de trois générations.

Allumer le feu

Chacun a l’impression qu’il est de sa famille. Aucune considération d’âge ni d’époque.

Il est la bande-son de nos vies.

« IL A ECLAIRE NOTRE JEUNESSE »

Dans les années 60, Il nous a mis la télé en couleur.

« On a tous en nous quelque chose »… de Johnny Hallyday.

IL SYMBOLYSE LE  Rock ‘n’ roll made in France

Il a insufflé l’esprit rock.

En 1960 il est déjà une immense vedette

Les Beatles n’avaient pas encore sorti de disque

Il a insufflé dans la France, le côté américain.

Pour en parfaire l’image, il choisit le nom américain de son père.

Aznavour réagi : « Etre américain avec l’accent de Ménilmontant. Non! Il ne faut pas mentir »

SOUVENIRS DE JEUNESSE

« Souvenirs, souvenirs»

Je me souviens…

Aujourd’hui, ma jeunesse revient comme un boomerang.

1960, la guerre d’Algérie, Johnny, mes 19 ans et ses 17 ans à Oran.

Il était venu chanter dans le petit club où nous dansions avec les copains l’après-midi.

Nous étions amis, nous étions rock et lui, chantait pour nous.

Il était très beau et très timide.

Sa voix mesurée, chaude et douce nous a séduits avec « Retiens la nuit »

Et nous à réveillés avec « Souvenirs, souvenirs ».

Il était à nous ce jour-là.

NOS VIES

Fan de rock et fan de Johnny, pendant longtemps j’ai suivi nos vies de près.

Naissance : Deux ans d’écart. Johnny : 15 juin 1943 et moi 29 mai 1941.

Signe : Gémeaux.

On dit que Gémeaux est un signe qui est né avec un micro à la main et qui aime la fête… Je n’ai jamais osé… mais aussi sous des apparences un peu légères, ils savent apprivoiser leur inguérissable solitude, le travail et l’effort.

LES DATES QUI COINCIDENT

1965 Le Mariage : 12 Avril pour Johnny et Sylvie, 23 décembre pour moi

1966 : Naissance du 1er enfant. 14 août, son fils, David – 17 septembre, ma fille

1980 : Le Divorce après 15 ans – Moi : 1er octobre, Johnny et Sylvie 5 novembre

* LE SOUVENIR MUSICAL

Beaucoup de titres resteront dans nos mémoires.

* LA MALADIE

2009 Premier bulletin de santé inquiétant.

Mais il se relève et enchaîne les albums

« Mes jours ne sont pas en danger », dit-il sans cesse

Il vit comme si la maladie n’existait pas…

On vivait tous comme s’il allait s’en sortir…

On attendait toujours des miracles de Johnny.

On l’a cru immortel. Il est immortel car il va continuer à exister par ses chansons.

Il s’est battu jusqu’au bout. .

Et comme aurait dit Jean Do : « la vie est belle parce qu’elle a une fin »

* IL RELEVE LE DEFI DU CINEMA

C’est une star de la toile.

Il a l’envie de jouer, d’être vrai. Quelques-uns de mes films préférés.

1963 «D’où viens-tu Johnny, » de Noël Howard son premier long-métrage

(Western à la française, dans une Camargue-Far West, avec des gardians-cow boys et des Gitans-Mexicains, Johnny Hallyday- Elvis Presley, dans un rôle Hollywoodien, à savoir un scénario convenu prétexte à glisser çà et là quelques chansons. Johnny chanteur-acteur en interprète trois en solo et une en duo avec Sylvie Vartan. Bagarres, chevauchées, amour et chansons… et inévitable dénouement heureux -Chanson de Jean-Jacques Debout-

1969 : « Le Spécialiste » de Sergio Corbucci 

(Hud est le spécialiste le plus redouté de l’Ouest. Il arrive dans la ville de Blackstone, déterminé à venger son frère Charlie, lynché par les habitants du village après avoir dérobé l’argent de la banque…)

1972 «L’aventure c’est l’aventure» de Claude Lelouch 

(Trois truands (Lino Ventura, Jacques Brel, Charles Denner) et leurs sous-fifres (Charles Gérard, Aldo Maccione) recyclent leurs méthodes traditionnelles de gangsters et décident de jouer la politique pour leurs méfaits dont l’enlèvement de Johnny Hallyday…)

Timide début

1985 « Détective » de Jean-Luc Godard, façon Série Noire. 

2002 « L’homme du train» de Patrice Leconte

(Milan (Johnny Hallyday), un homme au physique marqué genre gangster) ayant pour seul bagage un sac de voyage, descend d’un train dans la petite ville d’Annonay en Ardèche. Il souffre de migraines et passe donc à la pharmacie pour acheter de l’aspirine. Il y rencontre Manesquier (Jean Rochefort), un professeur de français à la retraite qui vit coincé entre ses souvenirs et ses petites habitudes. Ce dernier lui propose l’hospitalité, Milan l’accepte. Se crée alors entre Milan, taciturne et cynique, et Manesquier, grand bavard adepte du monologue alambiqué, une relation faite de fascination mutuelle et d’amitié…)

2006 « Jean-Philippe »,  film français de Laurent Tuel.

 Bande-annonce

(Fabrice (Lucchini) est un cadre moyen, admirateur inconditionnel, incompris par sa femme et sa fille, de Johnny, grand collectionneur de produits dérivés se rapportant à son idole. Après une soirée bien arrosée il rentre chez lui en chantant, ce qui lui vaut de recevoir un violent coup de poing au visage de la part d’un voisin agacé. Lorsqu’il se réveille à l’hôpital, Fabrice se rend progressivement compte qu’il est dans un monde parallèle où Jean-Philippe Smet n’est jamais devenu « l’idole des jeunes…)

2009 «Vengeance»

(Francis Costello vient à Macao pour venger sa fille, Irène, dont la famille a été assassinée par des tueurs à gages mandatés par un chef de la triade locale. Perdu dans une ville qu’il ne connaît pas, il rencontre, alors qu’il rentre à son hôtel, trois tueurs venus exécuter leur contrat en assassinant l’amante infidèle de Mr Fung. Costello, témoin de la scène, garde le silence sur leur identité en échange de leur engagement pour retrouver le commanditaire et les assassins de sa fille...)

Film franco-hongkongais de Johnnie To présenté au festival de cannes, qui fait référence à Jeff Costello, le tueur à gages interprété en 1967 par Alain Delon dans Le Samouraï de Jean-Pierre Melville. Un film magnifique, aussi implacable et glaçant que le bleu des yeux de Johnny. Un Johnny Impressionnant! J’ai adoré. Il n’a pas obtenu le succès qu’il méritait.

2014 «Salaud on t’aime» de Claude Lelouch

(Pour réconcilier son meilleur ami Jacques Kaminsky et ses quatre filles, Printemps, Été, Automne et Hiver, issues de quatre unions différentes, un médecin annonce à celles-ci que leur père est atteint d’une maladie incurable qui ne lui laisse que peu à vivre...)

2017 « Rock ‘n’ roll » de Guillaume Canet qui se met en scène.

(Guillaume Canet -Johnny Hallyday-, comédien de 43 ans, se remet en question le jour où, sur un plateau de tournage, sa jeune partenaire à l’écran lui dit qu’il n’est plus un objet de désir pour les femmes de la jeune génération. La raison? Sa vie de famille bien rangée avec Marion Cotillard, son fils Lucien, sa maison de campagne, sa passion pour les chevaux. Guillaume comprend qu’il faut tout faire pour changer cette image ringarde et plus vraiment sexy…)

2017 «Chacun sa vie» de Claude Lelouch

Plusieurs histoires d’amour, des tranches de vie et des destins liés par le hasard ou la coïncidence, sur fond de festival de jazz à Beaune, en Bourgogne, et d’un procès dans lequel tous les personnages ont un rôle précis : décider du sort d’un des leurs

Je ne l’ai pas encore vu. 

 

ARRET – IMAGES

JOHNNY Hallyday et SYLVIE Vartan COUPLE DE LEGENDE années 70

HOMMAGE A JOHNNY HALLYDAY – 1943-2017

Les 20 images de Johnny que les français n’oublieront jamais

La suite

LES PLUS BEAUX TUBES DE JOHNNY

Et celui-ci qui nous invite à réfléchir et qui nous prend aux tripes.

L’envie d’avoir envie.

 

JEAN D’ORMESSON

JEAN D'ORMESSON academicienJEAN D'ORMESSON academicien

Il est mort comme il a vécu

Avec discrétion et élégance.

A 92 ans, il nous a quittés ce 5 décembre 2017 dans la nuit

Une Crise cardiaque en pleine nuit.

Un autre temps

Un autre monde

Il est l’Expression même de la littérature, Classique et moderne à la fois.

Avec lui, la Tradition n’est pas méprisable.

Il avait un sens aiguisé de la formule. Cela faisait aussi partie de son charme et de sa grande élégance.

«C’est quand il y a quelque chose au-dessus de la vie que la vie devient belle.»

Et celle-ci aussi:

«Personne ne sait jamais ce qu’on gagne avec une naissance. On n’y gagne que des espérances, des illusions et des rêves. Il faut attendre la mort pour savoir enfin ce qu’on perd.»

On pourrait faire un immense recueil de toutes ces petites phrases qui montrent son amour profond de la vie. Et la vie le lui a bien rendu. En cas de désespoir il est conseillé de les relire. En voici quelques-unes .

Ce « Monument de la littérature » nous laisse une image de Bienveillance, Douceur, Elégance, Erudition, Finesse, Générosité, Gentillesse, Grâce, Intelligence et Malice ( tellement de superlatifs élogieux que j’ai préféré les classer par ordre alphabétique)

Sa voix est toujours calme, suave, souriante et rassurante.

Que peut-on rêver de plus ?

Il montre une forme de liberté et d’inquiétude sereine par rapport à la vie. Il a une manière de prendre avec une sorte de fair-play les catastrophes. Un exemple à suivre.

« La vie c’est une fête et c’est un désastre » dit-il.

Il aime les bains de mer et de soleil en Méditerranée. Comme je le comprends.

C’est un grand amoureux des femmes et aussi leur soutien.

Il était moins romancier que philosophe.

Il faut « faire aimer les livres aux gens qui n’en lisent pas »…

 

* MA DERNIERE LECTURE

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle« 

J’ai aimé la manière originale de reprendre le cours de ses souvenirs. Face à un juge nommé MOI il se défend sous le beau nom de MOI.

Son  petit Moi insolent et ridicule, et son grand, omniscient, Noble et Implacable Sur-Moi de Génie, s’affrontent dans ce procès contre lui-même. Et c’est parti pour 462 pages à la Jean d’O… J’ai eu un peu de mal à le terminer. Certains reculeront devant son aspect « pavé » surdimensionné, mais pour les passionnés d’Histoire (je n’en suis pas) et les autres (comme moi), il représente un véritable tour du monde à travers un passé encore proche mais qui nous a souvent échappé. Son récit est truffé d’anecdotes et de rencontres incroyables. Tout Ormesson est dans ce livre : l’homme de tous les contrastes et de toutes les curiosités, léger et profond, caustique et indulgent, érudit et naïf, passionné et indifférent, spirituel et gaffeur, etc…

Pour se défendre dans ce procès qu’il s’intente à lui-même, l’auteur fait défiler au galop un passé évanoui.

On y croise du monde bien, mais tellement de monde, que j’ai eu l’impression qu’il avait rencontré la terre entière.

Il va de l’âge d’or d’un classicisme qui règne sur l’Europe à l’effondrement de ce «monde d’hier» si cher à Stefan Zweig. De Colbert, Fouquet, Bossuet ou Racine à François Mitterrand, Raymond Aron, Paul Morand et Aragon.

 «Quel meilleur interlocuteur que soi-même? Un moyen de pouvoir exprimer la complexité d’une pensée»…

Mais les charmes d’une vie et les tourbillons de l’histoire ne suffisent pas à l’accusé :

 «Vous n’imaginiez tout de même pas que j’allais me contenter de vous débiter des souvenirs d’enfance et de jeunesse? (…) Je ne me mets pas très haut, mais je ne suis pas tombé assez bas pour vous livrer ce qu’on appelle des Mémoires

Il est faussement modeste et son Sur-Moi le lui fait remarquer. J’ai l’impression de me rencontrer moi-même bien que je ne sois pas une personne illustre.

Ce sont les aventures d’un écrivain qui a aimé le bonheur et le plaisir en dépit de tant de malheurs cèdent peu à peu la place à un regard plus grave sur le drame qui ne cesse jamais de se jouer entre le temps et l’éternité, et qui nous emportera.

On y trouve aussi les bons conseils qu’il se plait à nous donner à travers sa propre histoire.

Avant de mourir, sa mère lui a laissé trois principes : 1) ne te fais jamais remarquer ; 2) ne parle jamais de toi ; 3) toute lettre mérite une réponse.

On ne présente plus d’Ormesson. Son style est connu ainsi que son charme et son sourire.

Jean d’Ormesson est un écrivain malicieux. Né en 1925. Il déclare n’avoir rien voulu faire de sa vie. Comme quoi, « Rien » peut mener à « Tout ».

Quelques phrases qui ont résonné en moi

« Je nourrissait en moi comme une soif de transgression »

« Mon père … vivait l’histoire comme une affaire de famille »

« Mes parents veillaient avec une tendre férocité à la priorité de ces obligations »

« Même sans rien faire, je ne me suis jamais ennuyé avec moi »

 « Mes premiers livres, on n’en parlait jamais dans Le Figaro car j’étais sur la liste noire »

Sa médiatisation en fit presque un incontournable du PAF.

* AU CINEMA

Dans « Les saveurs du palais » son deuxième rôle à l’écran (après « Éloge de l’amour », un Godard de 2000, où il tenait un petit rôle), il est égal à lui-même. Parfait !

 » Nous avons cherché ensemble le meilleur. Il fallait trouver le bon ton. Comme il n’était pas acteur, ce n’était pas évident au départ mais ça l’est très vite devenu. À cause de sa vie, de ce qu’il est, Jean avait en lui la possibilité poétique d’être Président. Sur le plateau, il était comme un jeune homme. Il m’a beaucoup touchée ». Catherine Frot

Un film gourmand et délicieux, chargé d’humour et d’émotions: un vrai  délice. J’ai adoré ce film et en particulier le dialogue entre la cuisinière et le président autour du livre « Éloge de la cuisine française » de leur jeunesse. J’ai même acheté le livre de la cuisinière.

A 87 ans , Jean d’Ormesson est très étonnant d’aisance et efficace avec sa douceur, sa lenteur et la joie qui irradie son visage lorsqu’il parle avec sa cuisinière en lecteur émerveillé amoureux des vieilles recettes , de ce superbe livre à la langue aussi délicieuse que les plats qu’il évoque avec elle. Un chef-d’œuvre mêlant littérature et recettes ! Il est réédité ici

« Ne pouvant se prévaloir d’une ressemblance physique avec le défunt Président et conservant la diction un peu ralentie qui lui est propre, l’académicien possède la prestance, le charisme et l’érudition qui donnent à voir un Président subtil et truculent lorsqu’il s’agit de parler de cuisine en tête-à-tête avec Hortense »

Une prestation savoureuse du duo Frot-Ormesson, entouré de seconds rôles convaincants dont Arthur Dupont touchant dans son rôle d’assistant étonné mais dévoué et ouvert à toutes les recherches de son chef.

Pour mieux cerner JEAN D’ORMESSON

-Connaissiez-vous l’histoire de Danièle Delpeuch, la cuisinière de François Mitterrand, qui a inspiré le film ?

-Pas du tout. J’ai fait confiance à Etienne Comar et Christian Vincent. J’avais vu Des hommes et des Dieux, ce film magnifique et cela me suffisait. J’ai fait la connaissance de Danièle Delpeuch un peu plus tard. C’est un sacré personnage.

-Comment avez-vous préparé ce personnage de Président ?

-Le scénario ne m’a pas quitté, je m’endormais même dessus. C’était utile car les scènes faisaient leur chemin dans la nuit. Je n’ai lu le livre de Danièle Delpeuch que bien plus tard. Et j’ai lu le merveilleux livre d’Edouard Nignon, Éloge de la cuisine française, dont le Président s’entretient avec le personnage d’Hortense, la cuisinière. Il me fallait me nourrir un peu de l’intérieur. Mais restons objectifs : ce personnage de Président, qu’on peut penser central, est tout à fait secondaire.

-Vous-même, êtes-vous épicurien comme ce Président qui goûte tant la Poularde demi-deuil?

Je suis très sensible à la nourriture. J’ai adoré la scène avec les truffes. On a dû la recommencer plusieurs fois- c’est très difficile d’être filmé lorsqu’on mange.

Bilan : j’ai dû manger trois truffes et c’était délicieux. Quand j’étais jeune, j’allais quelquefois chez Bocuse ou chez Troisgros. Les grandes tables m’amusaient.

Et il m’est arrivé, comme ce Président que j’interprète, de lire des recueils de littérature sur le sujet.

Publié dans ENO, Johnny Hallyday, Litterature, Musique | Pas de Commentaire »

Attention! Kÿani ARNAQUE

Posté par ENO filles le 19 septembre 2017

Bonjour, je vais vous signaler, les agissements de la société Kyäni qui est une arnaque. Un site apparemment sérieux, sympathique et bienveillant mais vous allez pouvoir constater que:

1- CONTACT IMPOSSIBLE

Vous ne pouvez pas les contacter autrement que par courriel.

J’ai voulu envoyer une lettre recommandée pour demander l’annulation de cette pseudo adhésion et je me suis alors aperçue qu’il était impossible de contacter Kyäni France. J’ai seulement trouvé l’adresse en Suède à laquelle il faut écrire en anglais.

Pas d’adresse postale

Si vous souhaitez entrer directement en contact avec le groupe, vous pouvez écrire uniquement en anglais à l’adresse suivante :

Kyani, 412 65 Gothenburg, Sweden.

Vous pouvez également suivre l’actualité de Kyani via les réseaux sociaux mais vous ne pouvez pas leur écrire.

Facebook https://www.facebook.com/KyaniIncEurope

Vimeo http://vimeo.com/kyanieu.

2- SATISFAIT OU REMBOURSE ! NON

Vous ne pouvez pas demander le remboursement des produits en cas de non-satisfaction, ce qui est mon cas.

Toutes les promesses faites en réunions ne sont pas tenues.

* J’ai relevé ceci dans les conditions d’utilisation:

« Kyäni pourra modifier ce Contrat périodiquement à son unique et entière discrétion sans préavis. Vous êtes responsable de réviser ce Contrat régulièrement afin de connaître les modifications éventuelles apportées à la politique. En accédant à, recherchant sur, en établissant, en utilisant et/ou en dirigeant vers le site internet Kyäni (ci-après « Site »), vous devenez un Utilisateur comme défini dans la Section 2 ci-après et vous acceptez d’être lié(e) par les conditions de ce Contrat. Vous acceptez également d’être lié par toute règle, condition d’emploi, politique d’utilisation acceptable, politique privée publiée, ou autre disposition du Contrat mentionnée. Dans le cas de conflit entre tout autre contrat, règle, politique ou condition d’emploi et ce Contrat, les dispositions de ce dernier prévaudront. »

3- La société a créé un système incroyable de commande automatique. Cela s’appelle l’autoship.

Lors de votre première commande vous devez impérativement décocher cette option car alors on vous envoie le lot de produits chaque mois et on vous débite de la somme. Vous ne vous en apercevez qu’en consultant votre relevé bancaire.

C’est ce que j’ai constaté.

Avec l’aide de mon conseiller Kyäni qui s’est lui même fait arnaquer nous avons réussi à nous connecter sur mon compte et à décocher cette fameuse option qui comme par miracle était à nouveau cochée.

Pour devenir conseiller Kyäni  il a du investir dans des produits et lui aussi s’est vu prélever de frais mensuels.

Il vient d’apprendre qu’on ne les lui rembourserait pas.

Encore élève à l’Université, il a fait confiance à un ami qui l’a dirigé vers cette activité en relation avec ses études.

Mal lui en a pris. Il a été lui aussi abusé par cette personne et cette Société.

Ne cédez pas à ces arnaqueurs.

Voici un lien de présentation parmi d’autres:

https://www.youtube.com/watch?v=Ktibb0KvWiI et l’un de leur lien pour soi-disant les contacter https://www.kyani-france.info/contact-kyani-france/

* Lisez bien les avis. En voici quelques-uns:

1. ATTENTION ! Kyäni est une grosse Arnaque !! C’est un système Pyramidal caché, non dénoncé par la Justice !!! Le Système Pyramidal est un système ou seul l’entreprise et une partie des gens qui en font partie gagnent de l’argent !

Et d’où tirent-ils cet argent ? De tous les pigeons qui achètent des packs de 299 ou 499 euros !!

2. Un soi-disant business intéressant sous forme de parrainage, et quand tu leur balances que c’est un système pyramidale: « mé non tro pa »

Il faut savoir que même les cartouches de clopes vendu 10-20balls en Espagne, Luxembourg ou à l’étranger, sont plus fiables et plus rentables que cette société arnaque. Sans rire !

3. Il faut juste se méfier de tous ces sites qui surfent sur le bien-être…
Souvent leurs produits font plus de mal que de bien…

4. Juste du marketing à la C… qui cible certaines personnes, surtout les retraités évidemment… et les femmes.

* Voici le dernier MAIL que j’ai envoyé aujourd’hui, ne pouvant, sans adresse  valide, envoyer de lettre recommandée.

Toulon le mardi 19 septembre 2017

à KYÄNI SERVICE CLIENTELE France

cs.fr@kyanicorp.com

tél: +33974482716 (appel les Lundi 10:00 – 17:30 et  Jeudi-Vendredi 9:00 – 17:30)

Site : https://www.kyani.com/fr-fr/

« Bonjour, Je vous ai fait une seule et unique commande le 18 juillet 2017 sans autoship (la case avait été décochée).

Je ne sais pas comment vous avez réalisé ce tour, mais j’ai été considérée comme l’ayant validé.

Date de la commande : Juillet 18, 2017

Identifiant de la commande : …………

Total de la commande : Kyäni Sunset 90 gélules : € 53,87 (produit 38,95 + frais 14,92)

État de la commande : Posted

№ de suivi : –  Non

Par Autoship : — rien n’était indiqué ans cette case qui puisse faire penser que l’autoship était activé (puisque ce n’était pas le cas au départ)

C’était juste une commande d’essai pour vérifier la réalité et l’efficacité de vos produits. Je n’ai commandé qu’un seul produit d’une valeur de 38,95€ et pour cela j’ai accepté de payer ces frais exorbitants - plus de 35%- avec l’intention de ne renouveler cet achat qu’après vérification des effets annoncés. Je pensais aller jusqu’au bout des 3 mois de traitement (**) pour en être sûre. Mais ce n’est plus d’actualité.

Le résultat n’a pas été positif à ce jour. Aucun effet constaté.

(**) Et de plus, vous m’avez envoyé le même produit le mois suivant alors que le premier comporte un traitement pour 3 mois  (90 gélules pour une dose journalière de 1 gélule)

* Le 21 aout  je reçois ce mail surprenant : Votre commande a été expédiée!

Cher …. (avec faute d’orthographe),

Merci d’avoir acheté les produits Kyäni!

Votre récent achat a été expédié le 08/21/2017.

Votre colis sera livré dans un délai de cinq (5) jours ouvrables.

Numéro de commande: ….

Date de commande: 08/18/2017

Adresse d’expédition:…. Toulon

Transporteur: Schenker

Numéro de traçabilité: … INACCESSIBLE

- Click here to track your order: https://gls-group.eu/EU/en/parcel-tracking?match=…..

S’il-vous-plaît utilisez ce lien pour suivre votre colis. IMPOSSIBLE

Notez s’il-vous-plaît que les détails de l’expédition peuvent ne pas être consultables avant demain matin.  Si vous avez des questions alors que votre colis est en voie d’acheminement veuillez contacter directement le transporteur (*). IMPOSSIBLE

Cordialement, Kyäni Service Clientèle

cs.fr@kyanicorp.com

Tél : +33 (0)9 74 48 27 16 – (Le Lundi 10:00 – 17:30 – les Jeudi et Vendredi 9:00 – 17:30)

Site:  www.kyani.net

(*) Etant absente de mon domicile à cette date, le gardien de ma résidence a refusé le colis. – Cet envoi a été facturé par prélèvement sur mon compte (je viens de le constater en téléchargeant mon relevé bancaire)-

* Le 21 août 2017  j’ai envoyé un mail pour bien préciser que je n’avais rien commandé.

« Bonsoir, Je  suis très étonnée de ce message. Je ne vous ai rien commandé. Je n’ai fait qu’une seule commande. Et pour un seul mois seulement Si votre Produit m’est expédié, je ne vous le retournerai que si le retour est à votre charge Merci de rectifier immédiatement »

* Le 23 août Vous m’avez juste répondu ceci, rien qui ne corresponde à la réponse attendue.

Votre commande a été expédiée! Bonjour, Ce montant correspond aux frais de votre autoship pour le Kyäni Sunset. Cordialement, Kyäni Service Clientèle

*Le 18 septembre je vous ai adressé le mail suivant que je vous demande de bien vouloir prendre en compte avant que nous nous engagions dans une procédure. Je vous en rappelle la teneur : A : cs.fr@kyanicorp.com Objet: PRODUIT NON COMMANDE Bonjour, Je suis extrêmement surprise et fâchée de voir que vous continuez à me prélever et à m’envoyer une commande que je n’ai pas demandé à renouveler. Il n’y a pas eu de demande d’autoship. C’était un essai et j’ai choisi de payer des frais très importants pour un seul envoi afin de tester vos produits. Essai désastreux, par rapport à votre fonctionnement et par rapport au produit qui ne tient aucune des promesses que vous assurez.

Et je vous en demande le remboursement comme vous l’avez formulé dans vos conditions (**) – je tiens à votre disposition les gélules restantes-

Je ne peux en aucun cas accéder à ma commande. Aucun lien ne me permet d’accéder à mon compte. Il faut que vous arrêtiez très vite tout ça car je n’en resterai pas là. Je vous prie de FAIRE RAPIDEMENT LE NECESSAIRE.

J’ai également signalé l’incident à mes organismes bancaires qui ont engagé une procédure de constatation afin de récupérer la somme indument prélevée le 18 août. Il serait à l’avantage des deux parties que vous fassiez rapidement le nécessaire pour procéder à ce remboursement et cesser vos envois.

(**) La dizaine de personnes présentes à la réunion d’information ainsi que les photos et vidéos prises lors de cette réunion en feront foi.

* Hier, 18 septembre , en présence de mon conseiller de vente, j’ai appelé le +33974482716

(Dans les horaires indiqués  10:00 – 17:30). J’ai eu un correspondant qui ne parlait pas français et qui n’a pas été en mesure de me répondre.

Après bien des difficultés et avec l’aide de mon conseiller, j’ai réussi à me connecter à mon compte et j’ai pu constater que l’autoship était effectivement activé (!!!) Je l’ai donc désactivé car il n’est plus question pour moi de  commander quoique ce soit.

Mes mails n’obtenant que des réponses tardives et non adaptées, je vous envoie ce courrier en recommandé avec accusé de réception, (IMPOSSIBLE, PAS D’ADRESSE POSTALE VALIDE) première étape de la procédure, et, je l’espère, la dernière. Je vous demande instamment d’arrêter envois et prélèvements et de me rembourser ce produit totalement inefficace. Veuillez agréer mes salutations distinguées. Signature

09/19/17  DERNIERE MINUTE

Votre commande a été expédiée!

Donc mes mails n’ont pas été lus

LES ANIMATEURS DE REUNION

Si vous rencontrez ces personnes, ne donnez pas suite. Ces produits sont très chers et pas plus efficaces que ceux du commerce.

Attention! Kÿani ARNAQUE dans ENO
LE PRODUIT ACHETE : OMEGA 3

Publié dans ENO | Pas de Commentaire »

Avis de recherche – Simone Latreille

Posté par ENO filles le 18 juin 2017

Annie WOLFF-GUENU a écrit

Je recherche la fille d’une amie de ma maman Mme Ana ESTEVE née NAVARRO  (son amie s’appelait Mme LATREILLE elle était institutrice et habitait à Sainte-Eugène un quartier d’Oran)

Sa fille s’appelait Simone LATREILLE et avait réussi ses examens d’Institutrice à l’Ecole Normale d’Oran.

Elle s’était mariée à Oran avec Georges PUGA.

Quand ils sont rentrés en France (en 1962 ?) ils ont habité à GRENOBLE (38-Isère).

Simone était directrice d’une école maternelle je crois et j’avais appris qu’elle avait divorcé et s’était remariée mais qu’elle habitait toujours Grenoble mais je l’ai complètement perdue de vue et ne connais pas son nouveau nom.

Elle doit avoir 79 ans et si quelqu’un l’a connue à Oran  et/ou en France ce serait très gentil de me contacter et de m’en faire part, je  vous en remercie.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

Ces infos ne paraitront pas sur le blog.

Publié dans ENO | Pas de Commentaire »

ALBUM D’ORAN VERS ALGER DE 1870 A 1963

Posté par ENO filles le 13 avril 2017

 

De la part de Jean

ALBUM D’ORAN VERS ALGER  1870-1963 – YouTube

ORAN VERS ALGER

AUJOURD’HUI

Image de prévisualisation YouTube

On y voit aussi PERREGAUX et d’autres villages d’Oranie.

HIER

pour les nostalgiques

Image de prévisualisation YouTube

VIDÉO DE LA VILLE D’ORAN CONÇUE PAR SAMUEL L’HERMITE LE 03 AVRIL 2017

A PARTIR DES PHOTOS PUBLIÉES PAR ROMAIN BENOIST ADMINISTRATEUR DU GROUPE « Pieds-Noirs d’Oranie ».

ET AVEC L’ACCENT !

Image de prévisualisation YouTube

BONUS

Film La Famille Hernandez   Tourné à Alicante

En 1964 Gest Star Jean-Marc Tejera De Oran

Image de prévisualisation YouTube

C’est toujours un plaisir que de retrouver l’accent et les coutumes de là-bas. Le temps qui passe ne fait que renforcer pour la plupart la nostalgie du Pays Perdu .

Pour TELECHARGER CES VIDEOS SUR VOTRE ORDINATEUR

Un super site/  FLUVORE

 

 

 

Publié dans ENO | Pas de Commentaire »

Les voeux du Blog

Posté par ENO filles le 19 janvier 2017

les voeux du blog

Publié dans ENO | 2 Commentaires »

12345...13
 

Fac Verte Lyon |
A.P.E Ecole Léonard de Vinci |
L'ancre mouillée |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vivre à Portivy
| Au coeur du Coeur
| Virade de l'Espoir de ...